• Alternative et Rosa Luxemburg s’y investissent.

    Au Niger, la participation politique des jeunes est une problématique qui est au cœur des préoccupations des analystes, des chercheurs, des acteurs de la société civile , de certains partenaires au développement et rarement une préoccupation des politiques. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder la configuration de toutes les instances des partis politiques, il serait difficile de voir un jeune occuper un poste acceptable. Pire, quand on regarde au niveau des instances locales ou nationales, la situation est encore dramatique. Cette situation doit changer pour permettre à la jeunesse de faire sa promotion avant qu’elle ne se transforme en une véritable révolution. De nos jours, les jeunes même prennent conscience en se rendant compte qu’ils sont utilisés comme a-t-on coutume de le dire comme du «  bétail électoral ». Ces jeunes pour la plus part animent les sièges des partis à l’approche ou lors des élections et reçoivent en contre partie quelques grammes de thé, des tee- shirt ou autres gadgets. Tout ça pour donner leurs voix aux politiciens. Après, ils sont oubliés, exclus des instances décisionnelles.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Otage de l’état d’urgence !

    Depuis le début du processus de la démocratisation dans les années 1990 et celui de la communalisation intégrale en République du Niger amorcé dans les années 2004 impliquant la démocratie à la base, les jeunes ont été exclus des instances décisionnelles. En effet, hormis la participation passive aux élections c’est-à-dire pour élire les autres et non pour se faire élire, les jeunes de la région de Diffa restent absents de la sphère politique. A titre indicatif on peut retenir que la commune urbaine de Diffa compte treize conseillers élus dont trois femmes. Parmi ces treize conseillers l’on note la présence d’une seule conseillère jeune présente à la faveur du quota attribué par la loi sur le quota. En ce qui concerne les parlementaires au titre de la région qui sont au nombre de six, le plus jeune d’entre eux a plus de 40 ans. Ce constat est assez édifiant en ce qui concerne la faible participation politique des jeunes dans la région de Diffa.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Deux jours de réflexion sur la participation politique des jeunes.
    L’association Alternative espaces citoyens (AEC) a organisé, en partenariat avec la fondation Rosa Luxembourg, du 28 au 30 novembre, le Forum national des jeunes, édition 2014. Un forum placé sous le thème : « Démocratie, jeunesse et participation politique ».

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Nous, jeunes nigériens, venus de toutes les régions du pays et issus des organisations de la société civile, des organisations politiques, religieuses, syndicales, féminines et paysannes, participants au forum National des jeunes, tenus à Niamey, du 28 au 30 Novembre 2014, à l’Espace Frantz Fanon de l’association Alternative espaces citoyens autour du thème fédérateur : Démocratie, jeunesse et participation politique, faisons la déclaration suivante :

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • En marge du Forum National des Jeunes, qu’organise Alternative Espaces Citoyens (AEC) avec l’appui de la Fondation Rosa Luxembourg, du 28 novembre au 30 novembre 2014, à Niamey ; nous avons parcouru les coulisses quelques heures de la clôture pour recueillir les discussions qui se trament entre les participants.

    Forum National des Jeunes 

    Lire la suite...


    votre commentaire